Que se passera-t-il dans mon corps si je ne traite pas ma goutte ?

  • Santé
  • 04 Avril 2020
  • Aucun commentaire

Quels sont les premiers signes d’une crise de goutte ?

La première crise de goutte marque toujours l’esprit car elle arrive souvent de manière imprévisible. Une crise de goutte se manifeste généralement par une articulation enflée, rouge, et très douloureuse.  La douleur associée à la goutte est persistante et intense. Elle s'accompagne d'un gonflement qui peut se situer au niveau du gros orteil, de la cheville, du pied, du genou ou du talon. Cette douleur ne se limite pas toujours qu'à l’articulation initialement touchée mais peut parfois affecter d'autres articulations.

Une crise de goutte survient souvent pendant la nuit. Les symptômes s’accentuent dans les huit à douze heures qui suivent.

Qu’est-ce qui déclenche la crise de goutte ?

La goutte résulte d’un taux d’acide urique élevé dans le sang.  Les facteurs de risque sont étroitement liés à la production et à l’élimination naturelles de l’acide urique par l’organisme. On peut citer :

Alimentation : La viande rouge, certains fruits de mer (comme les crevettes et les poissons gras), les boissons alcoolisées (surtout la bière), les sodas et le sucre (surtout le fructose que l’on trouve dans les boissons gazeuses) provoquent tous une hausse du taux d’acide urique.

Hypertension : L’hypertension et certains médicaments utilisés dans son traitement (diurétiques) augmentent le risque de développer la goutte. L’aspirine, même à faibles doses, augmente également les niveaux d’acide urique.

Obésité : Les personnes ayant un poids élevé sont plus susceptibles de développer la goutte, et à un plus jeune âge que les personnes dont le poids est plus faible. L’incidence de la goutte a presque doublé au cours des vingt dernières années, probablement en raison de l’augmentation de la prévalence de l’obésité dans la population générale. 

Médicaments : Certains médicaments empêchent l’élimination par les reins de l’acide urique. Les diurétiques augmentent le risque d’avoir la goutte, y compris les médicaments qui affectent le système immunitaire.

Traumas et traumatismes : L’apparition de la goutte peut être provoquée par une opération, une crise cardiaque, ou tout autre trauma ou traumatisme psychologique. 

Maladie du rein : Une maladie du rein -même bénigne, peut compromettre l’élimination de l’acide urique hors de l’organisme et être à l’origine d’une goutte.

Hérédité : La goutte étant héréditaire, le risque de développer la goutte augmente si un membre de votre famille est déjà atteint de la maladie. Toutefois, un grand nombre de personnes qui développent la goutte n’ont pas d’antécédents familiaux de la maladie.

Déshydratation : La déshydratation est un facteur de risque avéré dans l’apparition d’une crise de goutte.

Lire aussi => Cinq remèdes naturels pour soulager une crise goutte

   

Que se passera-t-il dans mon corps si je ne traite pas ma goutte ?

En l’absence de traitement, la durée et la fréquence des crises de goutte ont tendance à augmenter, et la maladie peut même devenir chronique. L’accumulation prolongée de cristaux d’acide urique dans l’articulation peut détruire l’articulation en question et les tissus mous aux alentours.  

Heureusement, lorsque les patients reçoivent un traitement et des soins appropriés, la maladie n’évolue généralement pas jusqu’à ce stade avancé. La plupart des gens qui sont atteints de goutte chronique arrivent à maîtriser la maladie au moyen de médicaments. La modification des habitudes de vie fait aussi partie intégrante du traitement et peut aider à prévenir et à gérer d’autres problèmes de santé associés à la goutte. Un diagnostic et un traitement précoces réduisent les risques de lésions articulaires permanentes et peuvent diminuer la fréquence et la gravité des crises.

J’ai des bosses sur le corps, qu’est-ce que c’est ?

Lorsque les cristaux d’acide urique s’accumulent dans l’organisme, ils forment des nodules dures de petite taille appelées tophus (au singulier comme au pluriel) ou tophi (pluriel). Ces tophus se logent généralement au niveau des articulations : orteils, chevilles, genoux, talons, coudes, poignets, avant-bras, doigts, et oreilles. Généralement indolores, les tophus apparaissent parfois plusieurs années après la première crise de goutte et grossissent au fil du temps. Composés de cristaux d'urate de calcium, ils peuvent être l’objet d’une inflammation et laisser écouler un liquide épais.  On constate que des patients n’ayant jamais eu de crise de goutte peuvent développer des tophi. L’ablation chirurgicale est la seule issue pour y remédier.

Lire aussi => Régime anti-goutte - Les aliments et boissons interdits et autorisés

Goutte - Comment s’établit un diagnostic?

Pour poser son diagnostic, le médecin établira préalablement votre historique et s’informera sur vos antécédents familiaux, vos pathologies connues, votre alimentation et vos traitements médicamenteux en cours.

Il voudra savoir quand les symptômes sont apparus, combien de temps ils ont duré, quelle était leur intensité et quelles articulations étaient touchées. Un bilan sanguin permettra de déterminer votre taux d’acide urique. Un taux élevé n’est pas nécessairement révélateur d’une crise de goutte à craindre. Votre médecin pourrait aussi vous demander de vous soumettre à d’autres analyses de sang après la disparition des symptômes, car les taux d’acide urique tendent à chuter pendant une crise.

Il peut arriver que le médecin prélève un échantillon du liquide synovial en introduisant une aiguille dans l’articulation enflammée pour l’analyser et poser son diagnostic.

Pour être précis, le diagnostic de la goutte peut nécessiter de combiner l’examen physique, le bilan sanguin et les imageries médicales (radio, échographie).

 

Prenez soin de vous et de vos proches.